Istanbul, depuis la rive occidentale

7 Jun 2015

 

Comme vous le savez très certainement, j’ai eu la chance de passer 2 semaines en Turquie, à Istanbul, pour le travail, sur la fin du mois de mai. Je suis maintenant rentrée depuis une semaine, et cela me semble déjà tellement loin. La semaine dernière est passée à toute allure, avec beaucoup de travail, et je prends seulement le temps de me poser sur l’ordinateur, de regarder les photos. Déjà les souvenirs sont brouillés et j’ai du mal à me rappeler de chaque petite chose dont je souhaitais vous parler. Carnet magique à la rescousse, je vais donc vous faire un petit récapitulatif, sous forme de liste, et je vous laisse cliquer sur les liens pour découvrir plus précisément chaque endroit !

 

Bien qu’ayant passé 15 jours dans cette ville, je n’ai eu que peu de temps à consacrer au tourisme, 3 jours exactement ! Je vais donc vous présenter mes immanquables pour un long weekend, ce qui correspond souvent au format choisi pour visiter cette ville, donc finalement, ca tombe plutôt pas mal !

 

 

 

 

 

Je ne vais pas vous proposer un itinéraire pour chaque jour, les guides de voyage font ça très bien (mention particulière au Lonely Planet – Istanbul en quelques jours, qui est parfait).

Je vais plutôt vous faire une liste des choses que j’ai aimées, par quartier, toute activité confondue ! Je vais me concentrer sur les deux rives qui encadrent la Corne d’Or, du côté européen, car je n’ai malheureusement pas eu la possibilité de me rendre sur la rive asiatique ! C’est parti !

 

NB : La Corne d’Or n’est pas le Bosphore ! Il s’agit d’un estuaire commun à deux rivières, qui se jettent ensuite dans le fleuve. Ce port naturel fut le point de création de la ville de Byzance, carrefour de tous les échanges commerciaux et culturels entre les deux continents !

 

Au sud de la Corne d’or :

 

Se réveiller et prendre son petit déjeuner sur la terrasse de l’auberge de jeunesse, parfaitement située, en regardant les bateaux qui passent au loin.

Se tenir entre la Mosquée Bleue et Aya Sofia. Visiter les deux (ne vous attendez pas à une visite calme et paisible, le flot de touristes est continu, mais cela vaut quand même le détour).

Puis profiter du calme, de la fraicheur et de l’atmosphère feutrée de la Citerne-Basilique (un gros coup de cœur pour ce lieu).

Se perdre dans le grand bazar, et s’arrêter, épuisé, pour savourer un thé au citron et à la menthe au Bellihan.

Et se reposer, dans le parc de Gulhane, aux abords du palais de Topkapi. Prendre un pain au sésame, ou un épi de mais grillé. Regarder les familles pique-niquer.
Passer par la gare de l’Orient Express.

 

Finir la journée au restaurant près de l'auberge. S’avachir sur des coussins. Manger, boire du thé, et pour les intéressés, fumer une chicha en compagnie des serveurs les plus adorables de la terre.

Visiter le palais de Topkapi, juste pour profiter de la vue incroyable sur la baie. Penser un peu à San Francisco.

Se poser dans l’herbe des parcs, et donner des caresses aux chiens du peuple.

Retourner manger sur la rue Yeniceriler.
Contourner l’université et visiter les jardins et terrasses de la Mosquée de Souleiman. Puis redescendre et se perdre dans les rues.

Se retrouver dans le vrai bazar des stambouliotes autour de la rue Tahtakale. Acheter un pide et le dévorer en marchant. Dévaliser les magasins de perles, de pierres et de pompons.

Entrer dans la petite mosquée Rustem Pasa Cami et observer en silence.

 

Puis se promener sur le pont des Pêcheurs.
Terminer dans le bazar aux épices (et surtout, se gaver de loukoums au chocolat, les meilleurs du monde.)

 

 

Au nord de la Corne d’or :

 

Fouler le sol de la fameuse place Taksim. Acheter une couronne de fleurs.
Se faire klaxonner par les tramways. Descendre la rue Istiklal et croiser le plus gros kebab du monde. Entrer dans quelques magasins. Ecouter la musique de rue et se perdre dans le flot des supporters du Galatasarai.
Déguster le meilleur des plats turcs (une sorte de gratin pain/yaourt/viande d’agneau) avachi sur les coussins du Gani Gani Sark Sofrasi.
Bifurquer dans l’un des passages secrets couverts (ci-dessous Cilek Passaj), sur la droite de la grande rue.

 

 

 

Rejoindre le quartier bohème de Galata et entrer dans les magasins de musique.
Regarder la fameuse tour, et ne pas y monter (ou y monter, c’est bien comme vous voulez).
Prendre un café ou un thé dans une petite cour du quartier.

Descendre jusqu’à la Corne d’or et regarder l’eau qui s’agite au passage de chaque bateau. Embarquer pour une croisière sur le Bosphore. Et pourquoi pas terminer sur la rive asiatique.
Sinon, marcher tranquillement sur le bord de l'eau en direction du nord. Tomber sur de superbes œuvres de street art.

Puis prendre un verre sur un toit et laisser son regard partir au loin.

 

Et prendre le temps de respirer.

 

Istanbul est une ville qui bourdonne. C’est une ville où touristes et locaux se mêlent et s’entremêlent, où vous ne pourrez pas être seuls un instant. C’est une ville fatigante, où l’anglais ne sera pas d’un grand secours pour se faire comprendre (à part dans les points vraiment touristiques bien entendu). Mais Istanbul est une ville mythique, une ville qui vibre et qui en met plein les yeux, par ses couleurs et ses saveurs. Une ville à voir, à faire, et surtout, à ressentir. Je ne peux que vous inviter à y mettre un pied ! Istanbul est une ville où je retournerais, car elle ne se laisse que tout doucement apprivoiser !

 

 

 Teşekkür ederim Istanbul!

 

 

 

 

 

 

 

Please reload

© 2014 by Wonder_wherewe_Land.