Zéro Déchet ? Point 0 !

27 Apr 2016

Comme vous avez pu le lire dans mon article la semaine dernière, j’ai commencé le livre de Bea Johnson, Zéro Déchet. Et ceci avec la ferme intention de procéder a quelques changements dans mon quotidien plein de plastique et d’emballages, qui envahissent jusqu’à mon hall d’entrée (mes voisins sont de gros cochons, sachez-le !)

 

Je suis actuellement à la moitié de cet ouvrage, et si certains aspects purement littéraires m’ont un peu décontenancée (la traduction n’est franchement pas terrible sur cette édition), il faut avouer que le contenu se lit plutôt bien.

 

 

Sans appliquer tous les petits trucs et astuces de Bea, et j’irai même jusqu’à dire que certains sont incroyablement étranges (non, je n’encouragerai pas mon copain à faire pipi autour des « agrumiers »  dans mon futur jardin), je suis définitivement inspirée et tente de petits changements au quotidien.

 

Mais je me rends aussi compte que les choses ne vont pas être si faciles que cela, et encore moins dans cette période de transition qui s’annonce pour nous. En effet, nous allons tout bientôt clôturer la page londonienne, sans pour autant savoir ce que sera le prochain chapitre. Mais quelqu’un m’a dit un jour (ok, un livre au top dont je vous parlerai bientôt aussi) que les changements de cadre sont les meilleurs pour changer ses habitudes. Alors on plante les bases, et hop !

 

Première étape, point zéro ou ligne de départ, peu importe comment nous l’appellerons, mais voici mes observations initiales, qui me permettent de comprendre le problème, d’identifier nos forces et faiblesses aujourd’hui !

 

1. Point fort, je ne suis pas une hyper consommatrice dans la salle de bain!

A la lecture des exemples donnés par l’auteure, je me rends compte qu’il y a énormément de produits que je ne consomme pas. Peut-être parce que je partage mon espace, peut-être parce que je ne suis pas ultra girly, mais mes produits cosmétiques et de soin se limitent vraiment au minimum. Un peu de maquillage (toujours le même) un shampoing partagé avec N., un après shampoing et un gel douche, une eau micellaire pour le démaquillage et une crème pour le corps ! Par flemme d’aller les racheter aussi, je fais souvent avec les fonds de tiroir, je termine mes produits et les use jusqu’à la moelle. Pour vous donner un exemple, j’ai zappé de racheter des cotons tiges pendant 1 mois (et au final, j’ai nettoyé mes oreilles autrement) et du coup, je me suis rendue compte que ça n’était pas indispensable. J’ai investi hier dans un oriculi, histoire d’avoir quelque chose sous la main dans le futur, en cas de besoin. Mais voilà tout ! 

 

2. Point faible, la cuisine !

Sur ce point, c’est la cata par contre. Si nous sommes de grands adeptes de la réutilisation, des recettes avec les fonds de tiroirs et des boites Tupperware, on est franchement horribles quand il s’agit des courses. Hier, nous sommes allés faire nos achats dans notre magasin habituel, et j’ai tenté de regarder les produits avec le moins d’emballages possibles.

Conclusion, impossible de trouver des options valables, et notre panier serait resté presque vide si je m’étais acharnée. Au bout de deux rayons, je me suis dit que ça ne servait à rien, que j’allais juste sortir de la frustrée et énervée. Clairement, pour pouvoir avancer sur le chemin du zéro déchet, il nous faudra trouver un magasin qui nous aide dans cette voix, et changer nos habitudes d’achats alimentaires ! Un gros axe d’amélioration que je ne suis pas prête à mettre en œuvre des maintenant, aux vues des circonstances (on va bientôt changer toutes nos habitudes, et il faudra attendre de savoir où nous allons atterrir pour définir notre magasin de référence).

Un bon point cependant, nous aimons faire pousser nos herbes et petits légumes. Pratique à mettre en avant dans le futur !

 

3. Nous sommes deux !

BJ parle beaucoup de sa famille, et de l’implication de ses enfants et de son mari dans cette aventure. De mon cote, je suis deux. Et je le vois à la fois comme un challenge, et un gros point positif. Un challenge car je sais que je suis plus radicale que N., et que je serai prête à tout envoyer valdinguer et à changer mes habitudes radicalement si j’étais seule. Cela sera plus difficile de son cote. A contrario, est ce que tout changer d’un coup assure de durer sur le long terme ? Pas certain du tout ! N. est également de plus en plus sensible à cette problématique, et je pense donc qu’une fois le cap passé, nous serons plus forts a deux, pour mettre en place ces nouvelles petites habitudes. Je sais par exemple que cuisiner pour deux nous incite à faire de meilleures préparations, et à porter une vraie attention à ce qu’il y a dans notre assiette ! Idem pour les courses, il est toujours plus sympa de se courir après dans les rayons, hein ! (Non ? Bon, alors disons que j’aurais besoin de ses bras pour porter les bocaux que nous irons un jour remplir dans les magasins de vrac !)

4. On possède peu aujourd’hui.

Comme précisé plus haut, nous partageons notre espace avec nos colocataires, ce qui nous a obligés à limiter nos possessions. Et on se rend compte qu’on n’a pas besoin de beaucoup au final. Une grosse partie de nos affaires sont restées en France dans un grenier, et nous n’allons pas en ramener beaucoup d’ici. A notre arrivée, il nous faut absolument organiser un vide grenier pour faire le tri dans ces choses qui ne nous ont pas manquées en deux ans, et ce avant d’emménager dans un nouvel appartement ! A contrario, j’ai découvert des outils utiles, que ce soit dans la cuisine et la salle de bain, et je remplacerai le consommable par des produits de qualité. Exit les serviettes de bain toutes râpeuses et de toutes les couleurs, exit les 40 fourchettes aux manches en plastique qui s’accumulent, on fera dans le moins, mais dans le mieux !

 

5. Deux principaux axes de réflexion à développer : les livres et les vêtements.

Il y a deux points principaux que je souhaite vraiment explorer dans le futur proche. J’achète beaucoup de livres (j’adore ça, je veux-voulais une bibliothèque géante dans ma future maison) mais j’aimerai explorer l’option liseuse, pour minimiser l’espace pris par les bouquins, et mon impact environnemental (beaucoup de mes livres ne sont pas imprimés sur du papier recyclé). Idem pour les vêtements, j’aimerai consommer de manière un peu plus responsable. Mais je ne suis pas encore prête à revoir toute ma garde-robe et à vivre avec 2 chemises et un pantalon. Il va donc falloir que je songe à un entre-deux... peut-être devrais-je commencer par les accessoires ? (qui a besoin de 10 sacs à main, je vous le demande ?!)

En termes d’actions, pour le moment, je n’ai que peu avancé je dois l’admettre. Mais voici les premières :

  • J’ai fait le tri dans mes vêtements et rempli deux sacs entiers, qui partiront en vide-dressing (pour si possible récolter des sous pour notre trip en Ecosse cet été) ou en charity shop.

  • J’ai passé une commande sur Lamazuna et investi dans un oriculi et une cup.

  • J’ai découpé une vieille serviette microfibre Décathlon dont je ne me servais plus, pour en faire des cotons démaquillants lavables (ceux en bambou que j’avais avant ne me convenaient pas, beaucoup trop rêches pour mes yeux).

  • J’ai refusé l’emballage de ma pâtisserie chez Greggs. Deux fois.

  • J’ai refusé (presque) tous les tickets de caisse lors de mes courses et achats. 

  • J’ai sensibilisé : j’en parle (je saoule ?!) aux gens autour de moi, j’expose fièrement mon bouquin dans le métro, bref, je montre et j’explique cette démarche progressive.

  • J’ai repense l’organisation de nos deux placards pour passer moins de temps à chercher les choses que l’on utilise souvent.

  • J’ai constitué ma blogroll pour rester inspirée (liste de 3-4 blogs au top pour les astuces du quotidien).

  • J’ai établi les priorités : à la lecture du livre Zéro Déchet, je comprends que la phase de transition prend du temps. Chose dont nous manquons tous un peu, n’est-ce pas ? Alors, j’ai fait une liste: 1 nouvelle chose à appliquer par semaine, et pas plus ! Avec un peu de détermination, dans quelques temps, toutes ces pratiques s’accumuleront, mais de manière fluide !

     

     

 

Intéressés par la tendance Zéro déchet ? Ou au contraire vous trouvez que c’est inutile et sans impact a haut niveau ?

 

Lâchez-vous dans les commentaires, je serai ravie de lire vos avis sur la question, et potentiellement vos trucs et astuces si vous en avez !

 

<3 Si vous etes adepte des livres avec des dessins, je vous recommande vivement celui-ci, dont l'illustration ci-dessus est extraite! Vive Bloutouf et ses petites anecdotes rigolotes! 

 

Please reload

© 2014 by Wonder_wherewe_Land.