Afrique du Sud #3 – Le Cap de Bonne Espérance, Boulders Beach et Kalk Bay

21 Nov 2017

[... Pour retrouver les premiers épisodes du road-trip Sud-Africain, c'est par là ...]

 

Après avoir trainé nos valises dans les rues et les bus de Cape Town, à moitié endormis (les bus et les rues. Ok nous aussi, un peu) nous récupérons la voiture de location dans les environs de l’aéroport. Cette petite « 5 portes » blanche nous accompagnera sur (presque) toutes les routes du pays et nous sommes excités d’avoir les clés en main. L’aventure commence, et nous sommes parés pour prendre le large ! Let’s hit the road, Jack !

 

Nous quittons la ville et nous dirigeons plein sud. Nous longeons la côte Ouest et suivons la route M65.

La grande ville est maintenant derrière nous. Nous bifurquons sur la Circular Drive. Les paysages sont magiques, et nous traversons des espaces déjà très sauvages. L’océan est proche. Nous prenons une pause et marchons quelques minutes sur la plage déserte de Platboom beach. Tout simplement superbe. Et paisible. A défaut de surfeurs et kiteurs, elle semble très fréquentée… par les primates !

La brume se lève tout doucement sur les côtes et nous laisse apercevoir des paysages dramatiques et mystiques. La pause s'achève. Afin de ne pas perdre notre avance et pour profiter pleinement du reste de la journée, nous reprenons la route.

Le Cap de Bonne Espérance

 

Nous arrivons finalement au sud du sud de l’Afrique du Sud. Le Cap de Bonne Espérance. Nous y voilà.

Nous avons bien fait de partir tôt,  nous parvenons à éviter les hordes de bus (et leurs passagers) que nous croiserons dans le sens inverse après notre départ. Nous grimpons rapidement les marches en bois qui montent en haut du point de vue, derrière le panneau qui marque la présence de cet endroit un peu magique. Le lieu se prête au silence et à l'observation. Nous y passons une bonne demi-heure avant d'être dérangés par les autres vacanciers.

Nous prenons ensuite la direction du Cape Point Light House (le phare principal du Cap) et de sa superbe promenade. Il faut marcher un bon moment pour atteindre ce phare, mais le jeu en vaut la chandelle. Un funiculaire est aussi à disposition, si vous le souhaitez. Nous l’emprunterons à la descente, surpris par la pluie.

Mais l’ascension est magique. Les vues sont folles, les couleurs éclatantes. Nous croisons encore un petit dassi, tout perdu sur sa montagne. On dirait un sage sur son rocher. La beauté des lieux est à couper le souffle, et on ne peut qu’imaginer le sentiment des explorateurs qui foulaient ces sols pour la toute première fois : un sentiment d'être arrivés au bout du monde, définitivement.

Notre carrosse retrouvé, nous partons vers le nord, et plus précisément vers Boulders Beach. Sur le chemin alternent paysages désertiques portant encore les stigmates des brûlis, et végétation verdoyante. Au détour de la route, nous croisons nos premiers "gros" animaux. La lumière est fantastique, tout parait presque irréel.

Boulders Beach

 

Cette petite plage, située sur la ville de Simon’s Town (à une petite heure de Cape Town) est en effet connue: c’est ici qu’a élu domicile une importante colonie de pingouins. Un centre de préservation de l’espèce s’est également installé sur place (d’où la catégorisation en parc national… entrée payante si vous voulez vous approcher au plus près de la plage). A noter que Boulders beach n'est pas le seul endroit du pays où vous pourrez observer ces petites bestioles (voir plus bas), mais cette plage offre aussi de très jolis panoramas : eaux turquoises, pierres arrondies aux allures de Seychelles, et sable d’un blanc immaculé.

La promenade qui longe les zones résidentielles est une occasion de plus de croiser plein de petites bestioles plutôt curieuses… Mais attention à ne pas déranger les pingouins qui nichent sur les bords du chemin !

Kalk Bay et Saint James

 

La fin de journée approchant, nous roulons en direction de Saint James et Kalk Bay. C’est ici que se trouvent les fameuses cabines de plage colorées. Les surfers et stand up paddle sont encore nombreux à l’eau, et le soleil quitte quant à lui le ciel, doucement. La température baisse et les couleurs refroidissent également. Une dernière promenade sur la plage, et il est l’heure de reprendre notre chemin. Nous allons malheureusement devoir passer la Kogelberg Nature Reserve et ses chevaux sauvages, ainsi que Betty’s Bay (un autre endroit pour voir les pingouins).

Nous poussons vers l’Est pour rejoindre notre prochain arrêt.

C’est tard dans la soirée que nous arriverons à Hermanus, où nous passerons la nuit. Les options de logement dans cette ville ne manquent pas, des plus luxueuses aux plus simples, mais il est tard et beaucoup d’hôtels ou résidences sont fermées. Après avoir frappé à plusieurs portes sans succès (l’inconvénient peut-être de voyager en hors-saison), nous tombons sur une très gentille vieille dame, qui nous ouvre les bras, et la porte de son lodge. Nous optons donc pour ce logement petit budget, où nous pouvons cuisiner tranquillement nos pâtes au fromage, et les quelques légumes qu’il nous reste du pique-nique. A l'ancienne! Le jardin-terrasse est rempli de plantes exotiques et de bibelots marins, et ça et là trainent quelques crânes d’animaux. Un bric à brac de mobilier de récupération et des lumières colorées agrémentent le tout, nous donnant l’impression, contredite toutefois par le calme ambiant, d’avoir atterris dans un repaire de pirates. Nul doute que cet endroit, ouvert depuis 1993, aurait de quoi raconter, s’il pouvait parler…

 

La journée aura été très remplie, mais ce n’est que le début de notre périple. Nous savons que de nombreux kilomètres seront le prix à payer pour d’encore plus belles surprises. Demain, nous croiserons peut-être des baleines…

 

C’est en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire que nous rejoignons les bras de Morphée, bercés par le bruit d’une pluie fine sur les carreaux des fenêtres.

 

Please reload

© 2014 by Wonder_wherewe_Land.