Une semaine de rêve à Tobago, Caraïbes - Mai 2017

27 Apr 2018

Il y a un an, nous avons embarqué pour notre dernier long voyage en date. Après un passage par le Brésil (retrouvez l’article ici) puis un stop rapide en Guyane Française, nous avons rejoint Trinité et Tobago.

 

Nous savions que cette paire d’îles caribéennes (en vrai il y en a plus, mais il y a deux îles principales) peu connues réservaient de belles surprises. Comment avions nous choisit cette destination ? Des envies de soleil, d’eau bleue, de vie tranquille, de sports de glisse et de rhum peut-être, et si possible dans un endroit où l’on ne parlerait pas français, où la vie serait peu chère et authentique, et à une distance raisonnable en avion de notre aéroport de transit, à Paramaribo au Surinam (voisin de la Guyane). Trinité et Tobago cochaient définitivement toutes ces cases.

 

Le temps a passé mais les souvenirs sont toujours là. Je me suis demandé plusieurs fois comment présenter cet article, comment mettre des mots sur cette parenthèse magique. Il est difficile de capturer l’esprit de T&T dans si peu de lignes et d’images.

 

Alors, j’ai décidé de vous faire une toute petite introduction, puis de laisser les photos parler d’elles-mêmes, seulement appuyées par quelques légendes.

 

Pour les bonnes adresses, je vous laisserai vous rendre en bas de l’article.

 

Bonne visite !

T&T est un Etat insulaire des Caraïbes, qui se situe à proximité des côtes du Venezuela. Il fait partie du Commonwealth et on y parle anglais (à la sauce antillaise). Le pays est composé de deux îles (Trinité et Tobago), séparée par 35 kilomètres de mer turquoise. Port d’Espagne est la capitale, plus grande ville de l’île principale de Trinité, et Tobago a pour chef-lieu Scarborough.

 

Niveau population et culture, c’est un grand mélange. Indiens, africains, espagnols, chinois, perses et autres, cohabitent sur ces bouts de terre, enrichissant définitivement le quotidien, tant par leur présence culinaire que dans le respect des traditions telles que le grand carnaval de Trinité.

 

Tobago est réputée pour être l’île la plus touristique (au sens visitée par les touristes, mais pas forcément dans le sens blindée de monde), face à Trinité qui est la « vraie » île des habitants. Nous avions prévu de passer la moitié du temps sur l’une, et la deuxième moitié sur l’autre. Nous avons commencé par Tobago. Et avons changé nos plans pour y rester. Jusqu’au bout du séjour. C’est vous dire combien nous l’avons aimé, cette île.

 

Nous n’y avons presque pas vu de touristes, y avons rencontré des gens formidables et vécu des expériences hors du commun dans la plus pure ambiance caribéenne, sans artifice et en toute simplicité. Les activités ne manquent pas, qu’elles soient sportives ou culturelles, et l’occasion de discuter avec les gens, tout le temps, rend ces instants encore plus chouettes. Vraiment. Je voudrais garder ce secret pour moi, mais ce serait bien égoïste. Tobago est un joyau, si l’occasion se présente, foncez !

 

Dès notre arrivée à Scarborough, nous avons pris la route (en taxi) pour Buccoo. Nous nous sommes installés dans notre fabuleuse maison sur la colline, et nous sommes ensuite descendus sur le front de mer, où allait se dérouler ce que nous savions être un gros évènement. Une fameuse course de chèvres. Evènement à prendre très au sérieux ! Nous nous sommes montrés un peu timides lorsque l’on nous a invités à terminer la soirée chez des locaux, car nous n’étions pas encore prêts pour cette aventure. Nous avons vite compris qu’ici, pour les fêtes et notamment pour Pâques, il est normal d’inviter tout un tas de gens chez soi ! Nous avons passé une superbe soirée, mangé des burgers au requinn, ris et bus nos premières Stag.

 

Pour tout savoir sur la course de chèvres, c’est par la.

 

Notre séjour s’est ensuite déroulé au feeling, nous avons vogué de village en village au grès de nos envies du jour, entre recherche de vagues, détente sur la plage, randonnée sauvage à la recherche de cascades, et soirées conviviales avec des habitants au cœur grand comme un saladier de punch (ou de soupe aux pattes de poulet. Oui).

 

Parmi mes coups de cœur, je citerai la session wakeboard au sunset et le stand-up paddle de nuit dans la lagune de Pigeon Point, où nous avons vécu l’incroyable expérience de ramer et nous baigner au milieu de plancton bioluminescent. Indescriptible magie que nous n’avons pas pu capturer en image. Et de croiser un bébé requin. Nous étions ravis d’être sur nos boards à ce moment précis.

 

La journée magique en bateau, où nous avons vu les plus beaux poissons (les photos que j’ai ne leur rendent pas justice), bu du rhum dans une eau turquoise (Baignoire de Joséphine style pour ceux qui connaissent la Martinique), et nager brièvement au milieu de dauphins sauvages, sautant de notre embarcation dans une mer translucide  (la vidéo Gopro est vraiment de pauvre qualité, désolée…)

 

Coup de cœur absolu pour notre passage sur la colline de Charlotteville, avec une vue à couper le souffle chaque soir et chaque matin. La soirée au seul bar du village, les bouteilles de rhum offertes, les 40 ans de notre nouvel ami pour la nuit, les cours de danse improvisés. Le bonheur dans toute sa plus humble simplicité.

 

Bien entendu, je ne peux pas oublier le cours de surf couleurs locales, à base de « tranquillement le matin, pas trop vite l’après-midi » et de conseils pour ne pas se prendre les reefs. La base. Même depuis la plage (je me suis dégonflée), c’était fou à regarder.

 

La randonnée paumée dans les collines, la recherche de la cascade perdue, couronnées de succès, la végétation à couper le souffle. Les filles de l’air, ces plantes parfois énormes, partout, tout le temps, les colibris et le bain secret dans ce jardin d’Eden, pas même dérangé par les vaches sauvages, à l’abri des bambous géants.  

 

La nourriture. Les spécialités, les cocktails au Waves, le crabe, la chèvre ou les viandes en sauce. Total caraïbes.

 

Et les gens. Sans nul doute la plus belle des surprises de ce voyage. Pas un moment de doute. La population de Tobago est ouverte, intéressée, cultive à merveille l’art du liming (s’assoir et papoter, poser des questions juste pour savoir, par curiosité, pour le plaisir de la rencontre et de l’échange) et le Caribbean spirit, à mi-chemin entre le « rien à faire » et le « tout est là ».

 

Si ces quelques mots vous parlent, je vous laisse avec les photos, elles devraient compléter à merveille ma description beaucoup trop courte, surement, de cette île magique.

1. Buccoo, course de crabes et courses de chèvres

Vue depuis le bateau entre Port of Spain et Scarborough

La vue depuis The Nest - au fond, la mer. 

Coucher de soleil sur Buccoo.

Le bake and shark, sandwich de rue au requin pané. 

Il est possible de trouver des coquillages magiques, juste "comme ça", à Tobago. 

Présentation des "concurrents" avant la course de crabes.

Les coureurs aux chèvres se préparent également. 

La course de chèvres, une histoire de famille(s).

Ready, steady, go! 

 

 

2. Sunset on the beach à Stonehaven Bay

Very happy girl.

 

3. Snorkelling et "pêche" magique

La "Baignoire"

Barbecue on the beach.

Mermaid style. Désolée, pas de photos des dauphins! 

4. Surf et yoga à Mount Irvine beach

Coucou le paradis.

Surf girl (ce n'est pas moi, évidemment).

Planche de surf cherche surfer.

Inversions.

5. Castara et Englishmen's bay

Plage et mer bondées à Castara. 

Classic take away! 

Coucou d'Englishmen's bay.

Food lovers <3

Mount Dillon Look Out 

 

6. Pigeon point : wakeboard et stand-up paddle de nuit

Session wake-board sur la lagune de Pigeon Point reserve. 

 En attendant la session magique de SUP de nuit - impossible de prendre des photos de plancton bioluminescent, mais pour avoir une idée, voyez ici

 

7. Ridge Forest : les cascades perdues

Incroyable végétation.

Et qui dit arbres dit oiseaux. 

Sous bonne surveillance. On en parle de la taille de ces bambous?

Will you follow me?

Vous devriez.

Papayes sauvages.

Des filles de l'air, partout!

8. Charlotteville et Pirate Bay: et si on ne rentrait jamais? 

Depuis chez nous.

Chambre avec vue.

Sur le chemin de Pirate Bay.

Pirate Bay. Juste pour nous.

Informations pratiques

 

Comment s’y rendre ?

 

Il vous faudra passer par Port d’Espagne (à Trinité, où se situe l'aéroport international) puis prendre un bateau, ou un petit avion, direction Scarborough, Tobago. Attention, les horaires sont limités et parfois pas respectés. Prenez de la marge. Vous trouverez des vols internationaux Londres - Port of Spain pour 1500€. Le prix de cette destination explique la faible présence d'Européens. Nous n'avons croisé la bas que des "touristes" français venus des Caraïbes et de la Guyane, expatriés sur place. 

 

Pour le bateau entre les deux îles : voici le site de la compagnie. Notez qu’ils indiquent 2h30 de traversée. Nous avons plutôt mis entre 4 et 6 heures. Prenez le en compte! 

 

Pour l’avion : Il vous faudra booker vos billets sur la Caribbean Airlines.

 

Une fois sur place, vous pourrez louer une voiture (ne soyez pas surpris, ici, tout est fait de manière familiale et vous devrez peut-être ramener le véhicule chez « le cousin », même si vous passez par Alamo, comme nous). Les taxis sont aussi faciles à utiliser, mais certains villages sont plus ou moins accessibles. Je vous recommande la location. Les distances ne sont pas grandes, mais cela reste plus simple. 

 

Mes bonnes adresses

 

A Buccoo et autour: Plein de logements sont disponibles sur Booking.org, nous avons choisi celui-ci, The Nest, qui n’est pas dans le centre mais reste accessible à pied (attention, ça grimpe). Pour manger, n’hésitez pas à tester ce restaurant, El Pescador, un peu cher (ça reste relatif), mais absolument magique, donnant sur le port (ils ont aussi une guesthouse/hotel). Si vous souhaitez aller boire des cocktails dans une ambiance un peu plus fancy, roulez jusqu’au Waves, qui se situe sur la plage de Stonehaven Bay. Happy hours (très) intéressantes ! La journée bateau, pêche et surtout dauphins a été réservée auprès de Waterholics. Petit bateau de 6 personnes, c'était top! 

 

A Castara et autour: Je n’ai pas réussi à retrouver le nom de notre guesthouse à Castara, car nous avions frappé à quelques portes, et je n’ai pas pu retrouver la nôtre sur une carte. Ceci dit, de nombreux logements, de différents standings, sont facilement réservables en ligne. Pour ce qui est du repas, le restaurant Almond Tree est au top (attention aux moustiques !) et donne sur la plage. En journée, si vous allez jusqu’à Englishman’s bay, n’hésitez pas à prendre un plat dans le restaurant sur place. On s’est régalé !

 

A Pigeon Point et autour: Plusieurs prestataires vous offriront des services, et il arrive souvent que les chauffeurs de taxis ou les personnes assises vers l’entrée de la réserve vous « alpaguent ». Notez que l’entrée de la réserve est payante. Nous avons choisi de booker nos activités avec Radical Sport Tobago. Ils offrent notamment kitesurf (il n’y avait pas de vent et les prix sont un peu chers), wakeboard et balade nocturne en SUP. L’ambiance est bonne même si les groupes sont un peu gros. Si vous avez un petit creux et envie de boire un coup après cela, rendez-vous au Bago’s beach bar, un peu plus au Sud, à l’extérieur de la réserve. Ceci dit, Crown Point et la ville possèdent plein d’autres spots pour manger, n’hésitez pas à tester !

 

A Charlotteville : Malheureusement, comme pour Castara, impossible de retrouver notre maison sur la colline, sur internet. Nous avons crapahuté et nous étions dans une maison très sommaire faite de bric et de broc, mais les prix étaient imbattables. Véritablement trouvée au hasard! Nous sommes allés boire notre rhum dans un bar dont je ne retrouve pas le nom non plus. Vraiment désolée... à croire que finalement, je garderai encore quelques secrets ;)

 

Je crois que le mieux, c’est vraiment de se laisser la chance de trouver des perles, en frappant aux portes. Notez cependant que tout ici est à la sauce caribéenne. Ce qui peut vouloir dire des restaurants ouverts mais « qui ne servent pas », des guesthouses vides mais « trop occupées » et parfois (cela nous est arrivé une seule fois), des gens qui ont un peu trop taquiné le rhum et qui se font insistants en soirée. Mais honnêtement, nous nous sommes toujours sentis les bienvenus et en sécurité à Tobago !

 

Pour lire d’autres choses sur Tobago, voici le lien du Guide du routard.

 


 

Alors, ça vous tente Tobago? 

 

Please reload

© 2014 by Wonder_wherewe_Land.